Publication Publié le 31/01/2020

Panorama sur la télémédecine aujourd’hui et perspectives pour l’avenir [sondage]. Odoxa, janvier 2020

Les notions nouvelles de télémédecine, téléconsultation, télé-expertise et télésurveillance médicale sont toutes largement connues des soignants (plus de 84% les connaissent toutes), mais aussi des Français (8 sur 10 connaissent la TLM et la TLC et 6 sur 10 la TLE et la TLS).

Elles suscitent déjà l’attrait de nombreux Français – 4 sur 10 souhaiteraient ainsi avoir recours à la TLM – et surtout de leurs soignants (1 sur 2 souhaite recourir à la TLM et la TLC).

Plus globalement, les Français (60%), et plus encore les PS (70%) ont une bonne opinion globale de la télémédecine.

Dans les faits, 6% des Français et 13% des médecins ont déjà expérimenté la téléconsultation. Un médecin sur deux (51% vs 47%) estime même que « la téléconsultation est désormais inscrite » dans ses pratiques. Le plus souvent cette TLC s’est faite au domicile du patient pour des patients qui habitent loin ou ne peuvent guère se déplacer.

La TLC satisfait les patients (71%) et plus encore les PS (86%) qui l’ont expérimentée. D’ailleurs ils sont persuadés que la TLC va se développer à l’avenir et 64% des médecins qui n’y ont encore jamais eu recours sont persuadés qu’ils y viendront.

Comment développer encore l’usage – seulement 6% de patients – et améliorer encore la satisfaction (tout de même près de 30% d’insatisfaits parmi les patients) à l’égard de la TLC ?

- D’abord, par la « technique ». C’est le principal vecteur de la satisfaction/de l’insatisfaction des patients et des soignants à l’égard de la TLM et la principale raison de non-usage des professionnels qui n’y ont jamais eu recours.
- Ensuite, en misant sur une bonne information des soignants et notamment des médecins. L’enquête montre que le médecin aura un rôle décisif dans le développement futur de la TLC, 62% des Français affirmant qu’ils suivraient son avis s’il leur proposait d’y recourir.

Si les médecins pouvaient aussi convaincre leurs patients que la TLM ne déshumanise pas leur relation (crainte souvent évoquée) et qu’elle est bien aussi efficace qu’une consultation présentielle (les Français ne le pensent pas), nul doute que cela doperait encore les usages…