Publié le 15/10/2020

Stratégie nationale de prévention et de protection de l’enfance : bilan un an après

Un an après son lancement en octobre 2019 (cf. article du 15.10.2020), le secrétariat d’État en charge de l’Enfance et des Familles auprès du ministre des Solidarités et de la Santé présente un bilan de la mise en œuvre de la stratégie nationale de prévention et de protection de l’enfance.

Construite après des mois de concertation, de déplacements, d’échanges avec les familles et les enfants, avec les travailleurs sociaux et les responsables départementaux, cette stratégie vise à réformer les politiques de protection de l’enfance, et à garantir les droits des enfants : à la santé, à l’éducation, à la sécurité affective, à l’autonomie après 18 ans.

Cette stratégie a vocation à améliorer la situation des enfants protégés et à protéger, et produire une meilleure convergence des réponses à leurs besoins dans les territoires.

Des travaux et actions sont donc en cours de réalisation pour la mise en œuvre de cette stratégie :

  • Partenariats Etat/Départements : 30 contractualisations
  • Réforme de la gouvernance de la politique de protection de l’enfance : projet de fusion de quatre organismes (Le Groupement d’intérêt général enfance en danger/Giped, l’agence française de l’adoption/AFA, le Conseil national de la protection de l’enfance/CNPE et le Conseil national pour l’accès aux origines personnelles/CNAOP) pour créer une nouvelle agence
  • Référentiel national d’évaluation des situations de danger pour les enfants (diffusion : décembre 2020)
  • Définition de normes d’encadrement et mise en place d’une politique de contrôle des établissements qui accueillent les enfants de l’ASE
  • Bourse pour tous les jeunes étudiants de l’aide sociale à l’enfance et accès au logement étudiant facilité
  • Examen anticipé de la situation administrative des mineurs non accompagnés
  • Refonte du statut des assistants familiaux (conclusions prévues en janvier 2021)
  • Réforme de l’adoption : proposition de loi du 30.06.2020 (examinée au Parlement en décembre 2020).