Publié le 29/06/2022

EDITO - LDA n°77 - Juillet 2022

Depuis 2020, les établissements sanitaires et médico-sociaux sont en première ligne face à une crise sanitaire qui se prolonge. Dans ce contexte, pour mieux accompagner ses adhérents et soutenir l’investissement dans la formation professionnelle, l’ANFH a mis en place des mécanismes dérogatoires. En 2021, ces mesures ont été reconduites et élargies par la mise à disposition d’une enveloppe complémentaire de 28,3 millions d’euros pour le développement de la qualification professionnelle, issue des fonds mutualisés. Après avoir mobilisé ces mécanismes, les adhérents ayant un solde non reportable sur leur enveloppe formation pouvaient aussi solliciter une contribution Covid exceptionnelle.

L’action de l’ANFH en 2021 s’est déployée par ailleurs sur fond de mise en application progressive des accords du Ségur de la Santé, qui ont engendré une hausse des recettes issues des cotisations.

En parallèle, l’ANFH a renforcé son soutien à la VAE et au développement de l’apprentissage dans la Fonction publique hospitalière (FPH), en consacrant 14 millions d’euros à ces deux thématiques. À la suite notamment des travaux paritaires conduits en 2021, plusieurs évolutions réglementaires ont permis de mettre en place de nouvelles conditions pour encourager le recrutement d’apprentis dans la FPH : intégration de l’apprentissage dans la typologie du décret FPTLV, mobilisation de fonds mutualisés, accompagnement méthodologique des établissements, exonération de la taxe d’apprentissage, possibilité d’une aide exceptionnelle de 3 000 € aux employeurs pour mille contrats.

L’année 2022 est consacrée également à la poursuite du déploiement du projet stratégique 2020-2023 de l’ANFH. Au titre de l’ambition n° 2, intitulée « Soutenir les politiques RH des établissements », de nouveaux outils sont mis à la disposition des adhérents. Parmi ces outils, une cartographie des métiers actualisée couvrant quatre délégations régionales supplémentaires, représentant sept territoires (Occitanie, Hauts-de-France, Martinique, Normandie). Cela porte à treize le nombre de délégations régionales couvertes par une cartographie complète, soit 23 territoires sur 26, avec un taux de couverture moyen de 81 %. Outil précieux en matière de gestion prévisionnelle des métiers et des compétences (GPMC), cette cartographie fait l’objet d’un dossier à lire dans ce numéro.

Le projet stratégique prévoit aussi le renforcement de l’offre pour la mise en place des politiques de prévention, s’agissant notamment de la qualité de vie au travail (QVT). Le groupe de travail national dédié à ce sujet a poursuivi ses travaux et élaboré une boîte à outils complète, qui sera proposée fin juin à l’ensemble des délégations. Elle a été pensée pour répondre à trois besoins : sensibiliser à la QVT à travers des supports de communication et des modules de digital learning ; explorer la thématique par le biais d’un outil de baromètre social ; et enfin soutenir le lancement, le déploiement et l’animation de politiques QVT via une prestation d’accompagnement, des actions-formations ciblées ou encore un webinaire. Le numéro que vous lisez comprend aussi un dossier dédié à ce sujet. Pour les établissements sanitaires et médico-sociaux, la formation représente un levier important afin de pouvoir compter sur des professionnels qualifiés et compétents. Les possibilités de se former contribuent aussi à l’attractivité de la Fonction publique hospitalière.

 

Eric Guyader,
Président de l’ANFH